Thèse de J-Y CARIOU: Former l’esprit scientifique des élèves

Pour discuter des ouvrages intéressants concernant les sciences et/ou l'enseignement.

Re: Thèse de J-Y CARIOU: Former l’esprit scientifique des él

Messagede Aranel53 » 18 Oct 2016, 18:49

Spilou a écrit:les conseils et préconisations, ça fait un peu catalogue de "bonnes mesures" et cela n'a pas vraiment d'aspect nouveau ni révolutionnaire; j'en attendais plus.

Je dois dire que moi aussi la fin m'a paru d'un niveau un peu décevant après le niveau du reste.

Mais l'ayant lue plusieurs fois, j'ai tenté d'appliquer dans mes cours ce qu'il propose, c'est à dire ce qui devrait être l'enseignement de la démarche scientifique.
Je vais vraiment tenter un exposé complet de mon approche pendant les vacances mais pour résumer à la hache voilà comment j'ai traduit ce que Cariou présente :

Je travaille (assez longuement) en amont sur la démarche scientifique (comme tout le monde je pense) en insistant sur les deux points que j'ai retenus, à savoir le questionnement et la pluralité des hypothèses. C'est à dire que je passe pas mal de de temps à faire rédiger des questions scientifiques aux élèves en partant des "données initiales" c'est à dire depuis cette année les 4 thèmes du programme. Et on rédige une bonne cinquantaine de questions.
Ensuite à partir de ces questions, on va dérouler la démarche pour arriver à proposer des hypothèses puis les valider ou les invalider soit par l'expérience, par un simple raisonnement, ou par une recherche documentaire si besoin.

Depuis trois ans que je fais ainsi, j'ai remarqué une plus grande implication des élèves car ils se sont posés eux-mêmes les questions utilisées comme titres de parties, une plus grande tolérance vis à vis de l'erreur car comme ils doivent proposer plusieurs hypothèses tout le monde a juste et faux et donc quasiment tout le monde tombe sur une hypothèse correcte à chaque fois.
Les inconvénients sont que certaines questions des élèves sont excellentes et amènent parfois vers un autre déroulé que celui imaginé initialement. Pour ma part, j'aime bien ça et ça ne me dérange pas d'être "à poil" et d'être emporté dans une direction non prévue sur une séance, mais je comprends que ça puisse en gêner certains.
L'autre point est le temps pris en début d'année pour rédiger les questions. Mais je considère que c'est du temps pris pour augmenter le rendement du reste de l'année.

Donc je n'utilise plus du tout la notion de situation déclenchante, ou de situation problème, (artificielle ou tirée du quotidien) car je n'en ai plus jamais eu besoin. Les questions de début d'année et les nouvelles questions fournissent suffisamment de matière pour enchainer tout le programme largement. Ensuite, je tente de faire des exercices de contextualisation à la fin, pour voir les applications ou les utilisations de ce qu'on a vu, mais je ne pars pas de ça, j'y arrive à la fin. (et c'est le point où j'ai le plus de boulot à faire car je zappe souvent les détails de cette partie, on en parle à l'oral mais je me rends compte qu'il faudrait un document à chaque fois à relire dans le cahier pour ancrer les choses.)
« Comme le feu de la pierre ne sort, Sans la frapper du fer par violence : Semblablement sans faire grand effort, La Vérité ne sort en évidence. »
Guillaume De La Perrière 1553.
Aranel53
 
Messages: 5402
Inscription: 26 Fév 2010, 15:42
Localisation: Sud de la Drôme
Académie: Grenoble
Poste: Enseignant en Collège/Lycée

Re: Thèse de J-Y CARIOU: Former l’esprit scientifique des él

Messagede Spilou » 19 Oct 2016, 09:29

Aranel53 a écrit:Je travaille (assez longuement) en amont sur la démarche scientifique (comme tout le monde je pense) en insistant sur les deux points que j'ai retenus, à savoir le questionnement et la pluralité des hypothèses. C'est à dire que je passe pas mal de de temps à faire rédiger des questions scientifiques aux élèves en partant des "données initiales" c'est à dire depuis cette année les 4 thèmes du programme. Et on rédige une bonne cinquantaine de questions.


Je travaille aussi un peu de cette manière, mais en rebondissant davantage sur les questions qui émergent lors d'une activité ou DI précédente (comme dans le cas de l'ancien programme où, en troisième je partais de la pile pour aboutir à la notion d'ions et en fin à l'atome avec la conduction dans les métaux) le processus de questionnement est plus "naturel" et cela m'évite de faire un catalogue de questions en préambule.

Je dois dire que pour ce nouveau programme, j'en suis encore à tâtonner :?

Je me pose quand même une question fondamentale:
Sans vouloir dénigrer la méthode hypothético-déductive, nous avons pour la plupart reçu un enseignement inductif, frontal et descendant, de la 6° à Bac +... sans jamais avoir été dégoutté des sciences. Je dois même témoigner que la méthode hypothético-déductive ne m'est pas inconnue et je l'intègre implicitement depuis fort longtemps.... sans qu'elle m'ai été enseignée "pratiquement". J'irai même plus loin: nos éminents scientifiques qui la mettent en pratique, ne l'ont mise en pratique qu'à niveau dea/thèses, et ce, sans préjudice particulier pour la qualité de la recherche française.
La "méthode scientifique" s'impose d'elle même, il me semble, quand les situations l'exigent.
Exemple: le plombier vient chez vous pour trouver la fuite, ne pratique-t-il pas une démarche scientifique implicite se posant une question, puis émettant une série d'hypothèses qu'il est obligé de tester une à une afin de trouver l'origine et le lieu de la fuite? Et le mécanicien réparant votre voiture?
Alors Pourquoi? Pourquoi devint-il nécessaire aujourd'hui de l'enseigner particulièrement? Pour répondre aux exigences des rapports et conseils issus des tests PISA? Pour répondre aux "normes" imposées par l'OCDE? Pour imposer le recours à l'évaluation par compétences?
Oui, nos élèves de collège ne sont pas bon dans l'usage de cette méthode, mais Est-ce vraiment un problème à cet âge là?

Alors, l'enseigner, l'utiliser, oui, mais cela me gêne de sentir dans les programmes réformé cette quasi "injonction" de travailler sur les méthodes plus que sur le fond, le fond ne devenant qu'un sujet, un prétexte pour utiliser la méthode scientifique et non plus un objectif de connaissance.
Spilou
 
Messages: 447
Inscription: 01 Aoû 2015, 14:46
Académie: académie de Reims
Poste: Enseignant en Collège

Re: Thèse de J-Y CARIOU: Former l’esprit scientifique des él

Messagede Aranel53 » 19 Oct 2016, 11:32

Spilou a écrit:Je travaille aussi un peu de cette manière, mais en rebondissant davantage sur les questions qui émergent lors d'une activité ou DI précédente[...]

Je me suis rendu compte pour ma part que ces questions là émergeaient bien mais n'étaient que rarement partagées par tout le monde. C'est le problème de l'effet "classe". Je préfère faire noter les questions de tout le monde par tout le monde. Mais est-ce bien plus efficace ? C'est une vraie question. En tous cas, les élèves se souviennent des questions...

Spilou a écrit:Je me pose quand même une question fondamentale:
[...]
Pourquoi devint-il nécessaire aujourd'hui de l'enseigner particulièrement? Pour répondre aux exigences des rapports et conseils issus des tests PISA? Pour répondre aux "normes" imposées par l'OCDE? Pour imposer le recours à l'évaluation par compétences?Oui, nos élèves de collège ne sont pas bon dans l'usage de cette méthode, mais Est-ce vraiment un problème à cet âge là?

Je suis bien d'accord mais si on reprend le bilan que pose Cariou sur un gros siècle d'enseignement des sciences, on a dit qu'on ne faisait que ça depuis un siècle ! Or ce n'est pas vrai... pas du tout. C'est ce que j'ai retenu de ce qu'il dit. On fait semblant, et mal semblant. Il propose de faire semblant, mais correctement semblant et de ne pas mentir aux élèves sur la place de leur réflexion et de leur questionnement. Rien ne me révulse plus qu'une fausse démarche d'investigation artificielle ou complètement irréaliste. On dit aux élèves "lâchez-vous, il faut réfléchir, blablabalba la démarche scientifique" et en fait non, faut arriver à ce que le prof a prévu. Les gamins ne sont pas bêtes, ils voient quand c'est du chiqué et ils travaillent davantage à chercher quel va être ce que le prof attends plutôt que de réfléchir vraiment dès qu'ils n'ont plus confiance dans le cadre proposé. Et ils ont raison.

Spilou a écrit:Alors, l'enseigner, l'utiliser, oui, mais cela me gêne de sentir dans les programmes réformé cette quasi "injonction" de travailler sur les méthodes plus que sur le fond, le fond ne devenant qu'un sujet, un prétexte pour utiliser la méthode scientifique et non plus un objectif de connaissance.

C'est un autre problème, et c'est très juste ce que tu dis. Il est honteux d'entendre ou de lire un peu partout que ce qui compte maintenant ce sont les compétences et que les connaissances seraient au second plan, c'est l'inverse ! Quand j'ai appris ce qu'étaient les compétences à mes débuts, on insistait bien suer le fait que la première partie et la plus importante partie de ce que l'on nomme "compétence" est la connaissance. Connaissances, capacités et attitudes formaient la compétence. Puis on a commencé à tout mélanger, à changer de terme en même temps que de ministre et aujourd'hui on ne s'y retrouve plus. On ne peut pas se fier aux programmes car leurs compétences n'en sont pas et la place des connaissances y est inexistante malgré les attendus de fin de cycle, et on ne peut pas continuer à évaluer en moyennant tout comme avant et en être satisfaits, d'où le malaise et l'épuisement de certains collègues qui essayent de bonne foi de bien faire... :(

Pour moi, l'enseignement de la démarche scientifique est extrêmement ambitieux, car on cherche à faire mieux qu'avant, pas "différemment d'avant", mieux qu'avant. ((Comme disaient les inconnus : "c'est pas parce que c'est différent que c'est plus intelligent" :) )). Donc non seulement il faudrait que les élèves aient une vision claire de beaucoup de chose, donc beaucoup de connaissances, mais en plus ils devraient être capable de se poser de bonnes questions si on leur présente des informations, et savoir comment cheminer et relier ce qu'ils savent ou où chercher pour répondre à ces questions.
Vaste programme !
Il est complètement faux de dire que "comme tout est sur internet, ça ne sert plus à rien de savoir des trucs", or on entend ça souvent... :(
« Comme le feu de la pierre ne sort, Sans la frapper du fer par violence : Semblablement sans faire grand effort, La Vérité ne sort en évidence. »
Guillaume De La Perrière 1553.
Aranel53
 
Messages: 5402
Inscription: 26 Fév 2010, 15:42
Localisation: Sud de la Drôme
Académie: Grenoble
Poste: Enseignant en Collège/Lycée

Re: Thèse de J-Y CARIOU: Former l’esprit scientifique des él

Messagede jeanine62 » 19 Oct 2016, 12:51

Aranel53 a écrit:Il est complètement faux de dire que "comme tout est sur internet, ça ne sert plus à rien de savoir des trucs", or on entend ça souvent... :(


C'est malheureusement ce qu'on nous a dit lors des journées de formation à la réforme (même un IPR).

Et je partage l'analyse de Spilou. La méthode inductive, c'est bien aussi. Moi qui suis très vieille, je n'ai reçu que cette formation et je ne m'en porte pas plus mal. Et que l'on ne me dise pas que la méthode hypothético-déductive aide les élèves en difficulté, bien au contraire.
Il faut un peu des deux et ne pas tout miser sur une méthode. Chacune a ses avantages et ses inconvénients. Pourquoi vouloir en imposer une ?

J'ai un collègue contractuel qui revient enseigner au collège après 15 ans d'arrêt. Il a eu droit à une journée de formation et a donc découvert le "jargon réforme". Il n'en revenait pas et du coup l'IPR l'ayant senti très peu en emphase avec ce discours vient l'inspecter le 7 novembre :shock:
jeanine62
 
Messages: 333
Inscription: 21 Juin 2014, 14:21
Académie: académie d'Aix-Marseille
Poste: Enseignant en Collège

Re: Thèse de J-Y CARIOU: Former l’esprit scientifique des él

Messagede Spilou » 19 Oct 2016, 13:26

jeanine62 a écrit:J'ai un collègue contractuel qui revient enseigner au collège après 15 ans d'arrêt. Il a eu droit à une journée de formation et a donc découvert le "jargon réforme". Il n'en revenait pas et du coup l'IPR l'ayant senti très peu en emphase avec ce discours vient l'inspecter le 7 novembre :shock:


J'espère que dans sa position de contractuel, il aura du soutien. Il risque de passer un moment peu agréable :( , surtout s'il est inspecté par un IPR convaincu mais peu convaincant :lol: .

Pour revenir au sujet, je suis d'accord, il faut éviter de basculer dans le "tout DI" à fond, et la thèse de J-Y Cariou ne parle pas non plus de cela.
Pour avoir un peu essayé de travailler comme le propose Cariou, j'ai pu constaté, à petite échelle, que les bons élèves s'y adaptent facilement et trouvent la démarche très intéressante et motivante, allant jusqu'à tester davantage d'hypothèses, proposer et tester d'autres voies :) Pour eux c'est tout bénef .
Pour contre, les élèves ayant des difficultés de compréhension, de lecture, d'écriture sont particulièrement défavorisé car la démarche scientifique ne porte ses fruits que si on s'astreint à noter (écrire, rendre compte) toutes les étapes, les observations... et ces élèves ont déjà un handicap à surmonter, comprendre la question, comprendre le sens des hypothèses, si on y ajoute la part de rédaction structurée d'un compte rendu... ils sont largués!
De plus ces élèves ne comprennent pas pourquoi on les fait travailler sur des hypothèses que nous savons être fausses... au point que certains, apprennent bêtement ce qu'ils ont noté de la démarche dans leur cahier, l'hypothèse validée et les hypothèses écartées ou invalidées. Pour eux, tout fait sens, ou plutôt rien ne fait de sens particulier.
Dans ces cas là, la démarche scientifique apporte plus de confusion que de satisfaction. Certains diront que c'est parce qu'on n'a pas suffisamment appliqué complètement cette méthode, moi je pense que tout simplement elle ne convient pas à tout le monde; certains ont besoin qu'on leur dise ce qu'il faut savoir et apprendre pour comprendre.
Spilou
 
Messages: 447
Inscription: 01 Aoû 2015, 14:46
Académie: académie de Reims
Poste: Enseignant en Collège

Re: Thèse de J-Y CARIOU: Former l’esprit scientifique des él

Messagede Aranel53 » 19 Oct 2016, 13:38

jeanine62 a écrit:Pourquoi vouloir en imposer une ?


En effet, il ne s'agit pas d'imposer quoi que ce soit, comme je l'ai dit ailleurs, il faut faire ce qu'on sent bien, car c'est ça qui est efficace pour les élèves ! Et varier les approches. La méthode inductive, on en fait tous tout le temps, (et les élèves en font vraiment beaucoup dans la plupart des autres cours ) donc qu'en sciences on cherche à faire réfléchir sur comment faire travailler les élèves de façon hypothético-déductive de temps en temps est à mon avis utile.

C'est pour ça que cette réforme est si puante... Ils vont réussir à tout casser en faisant n'importe quoi, on mélange des trucs pourris avec des bons trucs et des beaux mots et on impose tout par la force en surchargeant de boulot tout le monde. C'est une honte... :(

Et si mon cher inspecteur nous lit (et ton IPR aussi du coup) j'espère qu'il comprend le mal que des positions débiles et verrouillées sont en train de faire à la profession. On n'a pas besoin que de petits porte-flingues du ministère vienne nous imposer les lubies du moment à grand coup de discours culpabilisateurs et/ou complètement déconnectés de la réalité ou du bon sens. Les élèves ont besoin de savoir s'exprimer et de comprendre le monde dans lequel ils vivent, pour ça il faut du temps et des effectifs acceptables... c'est pas bien compliqué.

jeanine62 a écrit:La méthode inductive, c'est bien aussi. Moi qui suis très vieille, je n'ai reçu que cette formation et je ne m'en porte pas plus mal. Et que l'on ne me dise pas que la méthode hypothético-déductive aide les élèves en difficulté, bien au contraire.

Personnellement, j'ai beaucoup souffert de cette parodie de science que l'on nous a servi pendant toute ma scolarité, le fait de n'avoir jamais pu chercher quoi que ce soit et d'avoir juste dû tenter de suivre le raisonnement de qqn d'autre et de "vérifier" des formules dans des TP de lycée... Mais je sais que je suis en minorité et que je ne dois pas calquer mes cours sur la vision que j'avais en tant que collégien. Ne pas mentir est la base. Soit on dit aux élèves : apprenez et fermez -là, soit on dit "réfléchissez pour trouver vous même", mais on peut pas dire, "trouvez-vous même, mais fermez-là et apprenez ça et ça car on n'a pas le temps".

Je pense que mon travail sur le questionnement me permet réellement d'aider des élèves en difficulté à mes yeux car j'ai l'impression qu'ils donnent un peu plus de sens à ce qu'on fait. Au lieu de copier bêtement sans relire leur cours chez eux, ils ont bossé en cours, ont réfléchi, on formulé des phrases et ne reliront pas leur cours chez eux non plus, je trouve qu'il y a du mieux...

Si par exemple on commence un chapitre sur la pression, et bien on sait pas ce que c'est que la pression atmosphérique et on s'en fout, on va apprendre une définition et voilà... (et d'ailleurs, c'est une vraie question, est-ce important ? par rapport à quoi d'autre ? bref.) Alors que si tout le monde a été "obligé" de se poser la question "Pourquoi le piston de la seringue revient quand le relâche ? " après avoir refait le TP de 5e là dessus, et bien tout le monde a envie de savoir. Même ceux que ça gonfle, même ceux qui s'en foutent car ils comprennent vite qu'il y a une contradiction quelque part.
Et tout le monde se racle la soupière, et la plupart ont au final cette petite explosion de satisfaction jubilatoire quand ils comprennent qu'il y a aussi de l'air à l'extérieur (après s'être mis en colère en râlant, ce qui est l'étape préalable indispensable qui montre qu'ils ont enfin vraiment compris la situation)... C'est ça que je cherche, activer le circuit de récompense des élèves afin qu'ils se rendent compte que l'activité intellectuelle peut être source de plaisir, sans tomber dans du ludique pour du ludique comme j'ai déjà vu proposé en stage. Ludique ok, mais faut que ça bosse à fond derrière.
« Comme le feu de la pierre ne sort, Sans la frapper du fer par violence : Semblablement sans faire grand effort, La Vérité ne sort en évidence. »
Guillaume De La Perrière 1553.
Aranel53
 
Messages: 5402
Inscription: 26 Fév 2010, 15:42
Localisation: Sud de la Drôme
Académie: Grenoble
Poste: Enseignant en Collège/Lycée

Re: Thèse de J-Y CARIOU: Former l’esprit scientifique des él

Messagede Aranel53 » 19 Oct 2016, 14:45

Spilou a écrit:Pour revenir au sujet, je suis d'accord, il faut éviter de basculer dans le "tout DI" à fond, et la thèse de J-Y Cariou ne parle pas non plus de cela.

Tout à fait. D'ailleurs, nos inspecteurs en 2008 disaient qu'il fallait faire presque des démarches d'investigation, puis en 2010 j'ai entendu, "deux par trimestre", puis j'ai eu comme consigne "une par trimestre c'est déjà bien", et là j'ai entendu qu'il fallait en avoir fait une dans l'année... faudrait savoir ! ;) Et maintenant c'est la mode des "tâches complexes" avec documents à gogo... alors que les bilans des pratiques sur la DI ne sont pas encore clairs. Voir la thèse de Stéphanie Mathé là dessus (même si ça commence à dater).
(( Mais imposer des DI avait pour conséquence de défendre les groupes en science, si on fait des îlots avec plan de travail, on peut monter à 35 par classe dans la tête de certains, donc c'est "mieux" :( ! !))

Spilou a écrit:Pour avoir un peu essayé de travailler comme le propose Cariou, j'ai pu constater, à petite échelle, que les bons élèves s'y adaptent facilement et trouvent la démarche très intéressante et motivante, allant jusqu'à tester davantage d'hypothèses, proposer et tester d'autres voies :) Pour eux c'est tout bénef .
Pour contre, les élèves ayant des difficultés de compréhension, de lecture, d'écriture sont particulièrement défavorisé car la démarche scientifique ne porte ses fruits que si on s'astreint à noter (écrire, rendre compte) toutes les étapes, les observations... et ces élèves ont déjà un handicap à surmonter, comprendre la question, comprendre le sens des hypothèses, si on y ajoute la part de rédaction structurée d'un compte rendu... ils sont largués!

Je n'ai pas du tout cette impression là, Mais c'est vrai que je ne demande que rarement un compte rendu rédigé au propre, je note les bilans directement sur les cahiers, et ils doivent construire leurs phrases ensemble par groupes.[/quote]

Spilou a écrit:De plus ces élèves ne comprennent pas pourquoi on les fait travailler sur des hypothèses que nous savons être fausses... au point que certains, apprennent bêtement ce qu'ils ont noté de la démarche dans leur cahier, l'hypothèse validée et les hypothèses écartées ou invalidées.

Là tu soulèves un point important. Mais n'accusons pas le thermomètre ! J'ai carrément remarqué ça aussi, certains mélangent tout. Mais ils mélangeaient tout avant aussi, sauf que je m'en rendait moins compte.
Je fais un long travail en début d'année sur la notion de vérité, sur ce qu'est une hypothèse "correcte" et sur l'importance de se tromper. Je leur dit qu'une réponse "fausse pour de bonnes raisons" compte plus de points qu'une réponse "correcte mal justifiée", ça les motive. (même si c'est de la carotte et du baton... :? )
Et en faisant barrer en rouge toutes les hypothèses invalidées au fur et à mesure, j'ai eu moins de soucis de mélanges. mais ça prend du temps, on est d'accord.
Spilou a écrit: je pense que tout simplement elle ne convient pas à tout le monde; certains ont besoin qu'on leur dise ce qu'il faut savoir et apprendre pour comprendre.

Je pense que c'est vrai, c'est pour ça que j'essaie de m'efforcer de distribuer un résumé complet mais bref de ce qu'il faut retenir, savoir et savoir faire en fin de partie, mais je ne m'y tiens pas tout le temps.
« Comme le feu de la pierre ne sort, Sans la frapper du fer par violence : Semblablement sans faire grand effort, La Vérité ne sort en évidence. »
Guillaume De La Perrière 1553.
Aranel53
 
Messages: 5402
Inscription: 26 Fév 2010, 15:42
Localisation: Sud de la Drôme
Académie: Grenoble
Poste: Enseignant en Collège/Lycée

Re: Thèse de J-Y CARIOU: Former l’esprit scientifique des él

Messagede znamrv » 01 Juin 2017, 15:40

A chaque fin d'année j'y reviens, en me disant qu'il faut vraiment que je m'y mette... En même temps ça me semblait plus abordable au collège, parce qu'on est beaucoup plus libre. Pour ceux qui découvrent le post, on peut commencer par la version light que je viens de découvrir
znamrv
 
Messages: 540
Inscription: 19 Fév 2011, 19:39
Académie: Grenoble / Chambéry
Poste: Enseignant en Lycée

Re: Thèse de J-Y CARIOU: Former l’esprit scientifique des él

Messagede Spilou » 23 Juin 2017, 22:42

Merci znamrv, c'est effectivement plus facile à aborder. Du coup, je vais m'en remettre un coup dans le gosier,histoire de. Cela va décanter durant les vacances .
Spilou
 
Messages: 447
Inscription: 01 Aoû 2015, 14:46
Académie: académie de Reims
Poste: Enseignant en Collège

Précédente

Retourner vers Le coin lecture des professeurs de sciences physiques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité